Journée mondiale de la maladie d'Alzheimer

21 Septembre 2017

Journée mondiale de la maladie d'Alzheimer

L'Observatoire B2V des mémoires soutient la recherche pour comprendre et prévenir la maladie d'Alzheimer, en partenariat avec la fondation Vaincre Alzheimer.

Interview du Dr Maï Panchal, directrice scientifique de la fondation Vaincre Alzheimer

 

Qu'est-ce que la maladie d'Alzheimer ? 

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui entraîne une détérioration progressive et définitive des neurones. Cette maladie est fréquente chez les personnes âgées mais elle touche également les personnes jeunes. La maladie d’Alzheimer n’est pas une conséquence du processus normal du vieillissement. Elle est due à une accumulation de protéines anormales dans le cerveau.
Il existe une forme familiale de la maladie d’Alzheimer, d’origine génétique. Ces formes restent rares et représentent moins de 1% des cas. Mais dans 99% des cas, la maladie d’Alzheimer est dite sporadique, et elle semble multifactorielle.

Qui sont les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer ? 

Tout le monde peut être touché par la maladie d’Alzheimer. Il a été décrit que les femmes étaient plus fréquemment touchées par la maladie d’Alzheimer que les hommes. Ce résultat peut s’expliquer par le fait que les femmes vivent plus longtemps. Des études ont montré que cette observation est à moduler selon l’âge : l’incidence de la maladie d’Alzheimer n’est plus élevée chez les femmes qu’après 80 ans. La France n’est pas le seul pays à être touché par cette maladie. Dans le monde, on estime à 24,3 millions de cas de démence, et près de 4,6 millions de nouveaux cas chaque année.

Combien de personnes sont touchées en France (malade) ? 

Le nombre de personnes de plus de 65 ans atteintes de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées a été évalué à 850 000 et ce nombre continue d’augmenter du fait de l’allongement de la vie de la population.
L’incidence de la maladie (=nombre de nouvelles personnes malades observées pendant une période donnée par rapport à la population globale) passe de 2 personnes atteintes pour 1 000 personnes/année entre 65 et 69 ans, à 70 pour 1 000 personnes/année après 90 ans. Le nombre de nouveaux cas est estimé à plus de 225 000 personnes chaque année.

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ? 

Une IRM sera réalisée pour rechercher une diminution du volume d’une partie du cerveau (hippocampe) impliquée dans la mémoire. A cela s’ajoutent des tests neuropsychologiques pour évaluer les fonctions cognitives (mémoire, langage, reconnaissance, organisation). Lorsque le diagnostic n’est pas clairement défini, une ponction lombaire peut être proposée pour rechercher les biomarqueurs de maladie d’Alzheimer dans le liquide céphalorachidien. Aucun de ces examens seuls ne permet de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer, c’est l’ensemble des résultats cliniques et paracliniques qui permet de poser le diagnostic.

On dit que les stéréotypes ont un impact sur la maladie, que veut-on dire ? 

Beaucoup de personnes ont encore des idées préconçues sur la maladie. Ils ne savent pas comment réagir face aux malades car ils ne connaissent pas la maladie. Il y a donc un fort impact social pour les personnes malades mais également pour leurs proches qui se retrouvent parfois complètement isolés. Cela n’est pas sans conséquence sur l’état d’esprit du malade et de son entourage qui subissent un sentiment de rejet.

Quel est le rôle de l'entourage ? 

Bien souvent l’entourage apporte une aide quotidienne et notamment en terme de logistique. C’est d’ailleurs ce que nous confiait récemment M. Coullaré dont l’épouse est atteinte de la maladie d’Alzheimer. En ce qui le concerne, « il faut avant tout préparer les médicaments, penser à faire le programme de la journée et s’occuper d’un certain nombre de taches matérielles ».

Où en est la recherche sur cette maladie ? Existe-t-il des traitements médicamenteux ? 

La recherche avance ! On connaît de mieux en mieux les mécanismes sous-jacents qui amènent au développement de la maladie d’Alzheimer. Il existe des traitements symptomatiques qui peuvent être prescrits au stade léger à modéré de la maladie : il a été montré qu’ils peuvent ralentir le déclin cognitif par rapport aux malades non traités.

Actuellement, dans la maladie d’Alzheimer, il y a un développement thérapeutique médicamenteux important (près de 100 molécules en cours d’essai clinique). C’est une chance de découvrir un nouveau traitement et les gens peuvent y participer. Il faut donc garder espoir !

                                                                    
 

Ajouter un commentaire

Texte simple

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.