Le temps de sommeil en France

15 Mars 2019

Le temps de sommeil en France

Le 12 mars dernier, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publiait le Baromètre de Santé publique en France sur le Sommeil.

Cette enquête montre un déclin du temps de sommeil total des adultes dans la semaine : en moyenne 6 heures 42 minutes par 24 heures en 2017, soit pour la première fois en dessous des 7 heures minimales quotidiennes habituellement recommandées pour une bonne récupération.

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) est à retrouver dans son intégralité ici.

Notre expert et neurobiologiste, Robert Jaffard, revient sur ce bulletin intitulé Le déclin du temps de sommeil en France n’est pas une fatalité !

« Dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 12 Mars, Damien Léger spécialiste du sommeil et François Bourdillon directeur général de Santé publique France, alertent sur le déclin du temps moyen de sommeil qui, en France, est devenu en moyenne inférieur à 7 heures. Ils rappellent que "dormir moins de 6 heures est associé à un risque plus élevé d'obésité, de diabète de type 2, d'hypertension, de pathologies cardiaques et d'accidents" et "réduit aussi la vigilance dans la journée, augmente l'irritabilité...". Dans notre Newsletter n° 12 d'Octobre 2018 dernier nous avions, quant à nous, souligné l'importance de la durée et de la qualité du sommeil dans le fonctionnement optimal de notre mémoire. Le sommeil nocturne, notamment le sommeil lent profond, prépare notre cerveau à mieux apprendre. Il améliore la mémoire de travail, permet de "réinitialiser" - de rendre disponibles - les circuits de stockage "saturés" par la veille et augmente la neurogenèse. Mais le rôle du sommeil ne se limite pas à cette fonction de restauration. Il permet également de consolider nos acquisitions en réactivant les éléments nerveux sollicités par les apprentissages récents qui s'en trouvent ainsi renforcés mais aussi mieux assimilés. Enfin, les effets du sommeil sur la mémoire ne sont pas limités au sommeil nocturne. La sieste, préconisée par les auteurs, suffit par exemple à restaurer l'aptitude à apprendre compromise par une journée de veille. »

 

 

Ajouter un commentaire

Texte simple

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.