L'impact du stress chronique sur la mémoire

09 Janvier 2018

L'impact du stress chronique sur la mémoire

Portrait de Kyrian Nicolay-Kritter, lauréat 2017 de la bourse doctorale de l'Observatoire B2V des Mémoires en vidéo

Kyrian Nicolay-Kritter répond à nos questions

Sur quel sujet porte votre thèse ? 

Ma thèse porte sur l’impact du stress chronique sur les troubles de mémoire liés à l’âge. 

En quoi consiste-t-elle ? 

Cela consiste à évaluer, chez la souris, les conséquences à long terme d’une exposition chronique au stress pendant l’âge adulte sur le vieillissement cognitif et émotionnel. En d’autres termes, il s’agit d’étudier le rôle du stress dans l’émergence de troubles de mémoire et de troubles émotionnels liés à l’âge. Le vieillissement normal entraîne un certain nombre d’affaiblissements et de modifications cérébraux se traduisant notamment par des troubles de mémoire. Néanmoins, il est intéressant de noter que ces déficits ne concernent pas tous les systèmes de mémoire. Avec l’âge, on observe une altération de la mémoire relationnelle (ou déclarative).
Ce type de mémoire dépend de l’hippocampe, structure cérébrale particulièrement sensible au vieillissement mais également aux effets du stress. En effet, une exposition chronique au stress induit un certain nombre de perturbations au niveau des systèmes mnésiques, non seulement à court terme mais également à très long terme. Cependant, la vulnérabilité au stress et l’intensité des déficits qu’il engendre dépendent de l’âge. Plusieurs études ont montré, chez l’humain et chez l’animal, que les jeunes sont particulièrement vulnérables au stress alors que les adultes seraient plus résistants. En revanche, chez l’animal, une seconde phase de vulnérabilité au stress se met en place à partir d’un âge avancé, aux alentours de 10-12 mois (équivalent à 45-50 ans chez l’Homme).

Des modifications épigénétiques sont également observables selon l’âge et l’état émotionnel des animaux. Le rôle de la vulnérabilité au stress dans l’émergence de troubles de mémoire relationnelle avec le vieillissement a très peu été étudié. les mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent ces déficits mnésiques sont effectivement encore mal compris, c’est pourquoi il est avant tout nécessaire de mieux les identifier et les comprendre pour favoriser la prise en charge des patients.
Ainsi, par une approche pluridisciplinaire (comportement, pharmacologie, immuhistochimie, western blot…), l’objectif de cette thèse est de comprendre et de mieux caractériser la nature des perturbations mnésiques qui apparaissent avec l’âge et d’identifier le rôle du stress chronique dans l’émergence de ces perturbations. Il s’agit également d’identifier les mécanismes neurobiologiques (modification d’acétylation/méthylation des histones) pouvant expliquer des dysfonctionnements durables de l’activité cérébrale retrouvés chez les sujets âgés et/ou stressés et enfin de déterminer si des traitements permettent de prévenir l’impact du vieillissement et du stress chronique sur les systèmes de mémoire.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce choix d'étude ?

Cet ensemble de systèmes cérébraux interconnectés, façonnés par des millénaires d’évolution, me fascine beaucoup et depuis longtemps. J’ai cette envie de participer à l’étude des nombreuses problématiques qui restent en suspens. L’impact des systèmes émotionnels sur la cognition me séduit également beaucoup. Nous vivons à une époque où, en France, près de deux salariés sur cent développent des pathologies psychiatriques liées à une exposition chronique au stress. Dépression, burn-out, anxiété généralisée, ces pathologies liées au stress chronique sont très souvent la conséquence d’un surmenage au travail et d’un épuisement professionnel constant.

Pour prendre en charge les patients, prévenir et traiter ces maladies insidieuses du 21ème siècle, il est avant tout nécessaire de mieux comprendre les mécanismes neurobiologiques du stress chronique et ses effets délétères à long terme sur le fonctionnement de la mémoire. C’est pourquoi cette problématique m’a attirée et j’ai ainsi décidé de poursuivre une thèse sur ce projet de recherche qui me paraît autant intéressant qu’important d’un point de vue scientifique et sociétale.

Pourquoi avoir postulé à la bourse doctorale de l'Observatoire B2V des Mémoires ?

J’ai décidé de postuler à la bourse doctorale de l’Observatoire B2V des Mémoires car la thématique de mon sujet correspondait parfaitement aux ambitions du fonds de dotation, celle de comprendre et préserver la mémoire. Les interventions de l’Observatoire B2V des Mémoires dans la communication scientifique et la diffusion de connaissances m’ont beaucoup séduites, que ce soit dans le cadre de la Semaine de la Mémoire, par l’intermédiaire de site internet (Memorya.org) ou en organisant des conférences à l’attention du grand public. La transmission et la vulgarisation scientifique sont effectivement des dynamiques qui me touchent beaucoup et qui, je pense, sont importantes pour prévenir et sensibiliser l’opinion publique sur certains aspects de la mémoire.

Souhaitez-vous dire quelques mots à l'Observatoire B2V des Mémoires ?

J’aimerais sincèrement remercier l’Observatoire B2V des Mémoires pour sa confiance et pour m’offrir l’opportunité de concrétiser mon projet de thèse.

Ajouter un commentaire

Texte simple

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.