La mémoire individuelle

Un corps relié à un esprit

La mémoire individuelle permet la construction de l'identité d'un individu, grâce aux sensations vécues par chacun de ses sens, par le corps et par l’esprit. Ces sensations émanent dans un premier temps de sa famille, puis peu à peu l’individu choisit les sensations qu’il souhaite recevoir, même si la vie lui en impose aussi en parallèle, lui donnant de la joie comme de la douleur.

Nous ne sommes pas dans notre corps tel un pilote en son navire (Descartes), notre corps n’est pas commandé par l’esprit, mais c’est ensemble, que corps et esprit fonctionnent et forgent l’individu.

L’individu se construit par un rapport au corps qui lui énonce ce qui est agréable et ce qui ne l’est pas dans son parcours de vie. Le sujet mémorise alors ce qu’il a aimé comme ce qu’il cherchera à éviter par la suite. Cette livrée aux plaisirs et aux douleurs varie selon la sensibilité de chacun et leur mémorisation également variera d’un individu à l’autre. La mémoire est donc fortement individuelle car elle se définit à travers ce rapport entre un esprit qui a une certaine maturité, une mentalité, une personnalité et un corps, qui se montre plus ou moins jeune, plus ou moins réceptif, plus ou moins sportif…

                

 

Les 5 systèmes de mémoire

Grâce à l’IRM notamment, on a réalisé que la mémoire individuelle se distribuait en plusieurs systèmes de mémoires, au nombre de cinq (en référence au travail du neuroscientifique Endel Tulving, 1995), chacun intégrant les systèmes précédents pour fonctionner.

Ces 5 systèmes collaborent pour remplir les trois fonctions de la mémoire : enregistrer les informations nouvelles (l'encodage), les conserver (le stockage), et les récupérer (la récupération).

L’évolution de la compréhension de la mémoire, via les recherches en neurologie et en sciences humaines, nous amène vers des regards croisés.

Schéma réalisé par : Bernhard WENLZ