Mémoire du futur

Un autre concept - et une autre dimension dans l’étude de la mémoire - qui montre bien que le sujet est bel et bien moteur dans l’élaboration de sa propre mémoire, est celui de « mémoire du futur ».

Cette mémoire est liée aux évocations de projets d’un individu. Elle donne lieu actuellement à de nombreux travaux en neuropsychologie et en neurosciences cognitives. Il a ainsi été montré, dans des études d’imagerie cérébrale, que les régions du cerveau impliquées dans le rappel de souvenirs autobiographiques, le sont également dans des tâches d’anticipation et de planification du futur. Le même réseau cérébral est ainsi sollicité quand le sujet se tourne vers son passé ou vers son futur.

Enfin, venant confirmer ces études de neurosciences, des observations récentes de patients profondément amnésiques ont montré que ceux-ci, en plus de leur difficulté majeure à évoquer le passé, présentaient le même type de déficit pour se projeter dans l’avenir et construire des récits fictifs concernant l’avenir.

L’analyse de cette mémoire du futur évoque ainsi une construction de la mémoire, en lien avec la volonté et l’innovation de l’individu. C’est une idée que nous retrouvons à la lecture de Nietzsche (Les secondes considérations inactuelles) lorsqu’il fait l’apologie de l’oubli au travers de la mémoire d’un peuple. En effet, un peuple, comme pour un individu, ne devient pleinement singulier et adapté à sa personne (à son époque) que s’il sait oublier, trier et qu’il se porte vers l’avenir, en faisant des projets.

La mémoire est bien à la fois continue, permettant au sujet de se reconnaître comme le même durant le temps et sélective, puisqu’elle lui permet d’évoluer et d’anticiper l’avenir.

D’après Addis, Wong et Schacter (Remembering the past and imagining the future: Common and distinct neural substrates during event construction and elaboration. Neuropsychologia - 2007), la mémoire est essentiellement « constructive », utilisant les expériences passées pour créer l’avenir. Cet auteur utilise le concept de « cerveau prospectif » pour insister sur cette idée que la mémoire est créatrice fondamentalement, puisque tournée vers le futur. Si la mémoire s’oriente vers le passé du sujet, ce n’est que pour mieux le guider vers un avenir possible.

L’analyse de cette mémoire du futur évoque une construction de la mémoire, en lien avec la volonté et l’innovation de l’individu. Un individu ne devient pleinement singulier et adapté à sa personne que s’il sait oublier, trier ce qu’il porte vers l’avenir.

Pour en savoir plus sur la mémoire du futur, nous vous invitons à visiter Memorya.org et l'espace Mémoire augmentée.