Denis Peschanski

Membre du Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires

Historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale

Directeur de recherche au CNRS

Président des conseils scientifiques du Mémorial de Caen et du Mémorial du camp de Rivesaltes

 

 

Parcours

Directeur de recherche au CNRS, Denis Peschanski est affecté au Centre d’histoire sociale du XXe siècle. De 2001 à 2005, il est membre du conseil scientifique du CNRS. Puis, de 2006 à 2008, il devient directeur scientifique adjoint au CNRS, département des sciences humaines et sociales.

Il est le responsable scientifique de l'équipement d'excellence MATRICE, plateforme technologique visant à mieux comprendre les interactions entre mémoire individuelle et mémoire collective.

Denis Peschanski a centré ses travaux depuis quelques années, plus sur la mémoire que sur l’histoire elle-même : mémoire de la seconde guerre mondiale, mais aussi du 11 septembre 2001.  

 

Travaux

En avril 2009, le projet qu’il copilote avec Ed Berenson (New York University) « Memory and Memorialization » a été retenu par la Fondation Face et l’Ambassade de France aux Etats-Unis. Le projet associait pour trois ans NYU et le CNRS ; le mémorial de Caen et la US Fondation for Museum and Memorial 9/11.

En janvier 2011, son projet d’Equipement d’excellence (EQUIPEX), MATRICE, est retenu dans le cadre du Grand Emprunt. Il en est le responsable scientifique et le porteur est le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres) HéSAm (Hautes Etudes, Sorbonne, Arts et métiers), dont 15 établissements en font partie dont l'université Paris 1, l'EHESS, le CNAM ou l'Ecole du Louvre.

Thème : mémoire individuelle et mémoire sociale (une plateforme technologique).

Il préside la commission SHS 4 du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et les conseils scientifiques du Mémorial de Caen et du Musée-mémorial du Camp de Rivesaltes.

 

Sa présence dans l’Observatoire

« J’ai trouvé la mise en place de cet observatoire originale. En effet, on a l’habitude de cloisonner les disciplines : les scientifiques avec les scientifiques, les historiens avec les historiens… chacun travaillant dans son périmètre.

Lorsque Francis Eustache m’a sollicité, j’ai trouvé l’idée très intéressante. Nous travaillons déjà ensemble sur la mémoire. Il a conclu à la nécessite de rassembler différentes disciplines pour travailler sur cet objet qui, a priori, est un objet tronçonné. Cette volonté d’ouverture interdisciplinaire entre professionnels et scientifiques m’intéresse beaucoup. Il s’agit d’explorer les frontières de la connaissance. C’est un vrai défi. 

D’une façon plus personnelle, ce qui m’intéresse, c’est de considérer qu’il est impossible de comprendre ce que l’on appellera « la mémoire collective », ce qui anime, ce qui construit une société à divers moments, comme la seconde guerre mondiale. L’impact de la société sur l’individu me semble vraiment une piste innovante à creuser.

On a toute une série d’outils à notre disposition (imagerie) pour mieux comprendre comment fonctionnent le cerveau, la mémoire et ses influences diverses.

A partir du moment où l’on découvrira précisément le fonctionnement de la mémoire, cela nous permettra également de comprendre comment on peut soigner, réparer et anticiper des situations pathologiques, qu’elles soient individuelles ou sociales. »

 

3 mots pour définir la mémoire ?

  • Construction
  • Consolidation
  • Dialectique

3 mots pour définir l’Observatoire ? 

  • Ouverture
  • Interdisciplinarité
  • Recherche

 

Parmi ses publications

  • 2013, « Pour un changement de paradigme en Memory Studies » Les Chantiers de la mémoire, Paris, INA Editions
  • 2013, (ed.), Mémoire et mémorialisation, vol. 1 De l'absence à la représentation, Paris, Hermann
  • 2012, Les années noires, Paris, Hermann
  • 2012, Mémoire et traumatisme. Entretiens avec Boris Cyrulnik, INA Editions
  • 2010, avec la collaboration de Marie-Christine Hubert et Emmanuel Philippon, Les tsiganes en France : 1939-1946, Paris, CNRS éditions, 176 p.
  • 2002, La France des camps : l'internement, 1938-1946, Gallimard, 456 p.
  • 2002, Des Étrangers dans la Résistance, Paris, Éditions de l'Atelier & Champigny-sur-Marne, Musée de la Résistance nationale, 126 p.
  • 2000, avec Gilles Le Béguec, Les Élites locales dans la tourmente : du Front populaire aux années 1950, Paris, CNRS-Éditions, Collection CNRS histoire, 460 p.
  • 1997, La Résistance et les Français : nouvelles approches, Cahier de l'IHTP, n° 37 (décembre).