Flora Vasile

La lauréate de la bourse doctorale 2015 est Flora Vasile, étudiante en neurobiologie et neurosciences. Elle nous explique dans sa thèse ce que sont les "astrocytes".

Publié le 16.07.2020
portrait
Image
Flora Vasile

Flora
Vasile

Étudiante en en neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurosciences cognitives et computationnelles

Après trois années d’études de neurosciences à l’Université King’s College de Londres, Flora Vasile s’oriente vers un master international proposant une approche multi‐disciplinaire en neurobiologie et sciences cognitives, le “Dual master in Brain and Mind Sciences”. A son origine, un partenariat entre Le “University College London”, où elle passera sa première année, l’Ecole Normale Supérieure, et l’Université Pierre et Marie Curie, où Flora conclura sa formation en neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurosciences cognitives et computationnelles

Les astrocytes, nommés ainsi à cause de leur forme qui rappelle celle d’une étoile, sont relativement méconnus du grand public mais peuvent constituer, selon les espèces, jusqu’à 50% des cellules du cerveau

Télécharger l'interview complète à mi-parcours

Nous vous proposons de revenir en vidéo sur le parcours du candidat :

https://www.youtube.com/watch?v=dqZG38GLVjE&feature=emb_title
1. Au 1er octobre 2015, vous deveniez la 3ème boursière B2V des mémoires, pouvez-vous nous rappeler le sujet de votre thèse ?
Ma thèse dans le laboratoire de Nathalie Rouach au Collège de France a eu pour objet d’étudier les mécanismes de régulation des activités neuronales de l’hippocampe par les astrocytes. L’hippocampe est une région du cerveau qui est impliquée dans la formation de la mémoire. Par exemple, il a été montré que lorsque nous nous déplaçons dans l’espace, des neurones de l’hippocampe s’activent à des emplacements spécifiques de l’environnement. Cet « encodage » de l’espace nous permet par exemple de nous souvenir du chemin entre la station de métro et notre lieu de travail. Malgré les avancées récentes dans ce domaine, nous ignorons encore beaucoup du fonctionnement de cette structure cérébrale. De plus, alors que l’étude des propriétés des neurones dans cette région est un domaine de recherche très exploré, un autre type de cellules présent dans l’hippocampe, les astrocytes, nommés ainsi grâce à leur forme stellaire, est encore peu étudié. Négligés pendant longtemps, nous savons maintenant qu’ils sont impliqués dans de nombreux processus biologiques tels que le développement du cerveau, la modulation de la communication entre les neurones, ainsi que les fonctions cognitives. En effet, il a été mis en évidence que le ratio entre le nombre d’astrocytes et celui des neurones augmente avec l’évolution; ainsi les humains auraient plus d’astrocytes que les souris! Ceci laisse penser que ces cellules pourraient participer aux fonctions cognitives spécifiques à l’espèce humaine… Dans ce contexte, la bourse octroyée par l’Observatoire B2V des Mémoires m’a permis d’étudier le rôle des astrocytes dans la régulation de l’activité neuronale de l’hippocampe.
2. Quels résultats avez-vous pu obtenir au terme de ce projet de recherche? Est-ce qu’il y a une « découverte » qui a marqué tout particulièrement vos 4 années d'étude ?
Mes travaux de thèse m’ont permis de montrer un rôle important des astrocytes dans la synchronisation des neurones de l’hippocampe. J’ai pu mettre en évidence que les astrocytes, en communiquant avec les neurones voisins via des signaux moléculaires impliquant le calcium, jouent un rôle dans la génération d’une activité rythmique particulière appelée sharp-wave ripple et importante pour la consolidation de la mémoire durant le sommeil. Par ailleurs, j’ai montré que la libération de molécules par les astrocytes, à travers des canaux appelés pannexines, permettait de réguler les synchronisations neuronales dans l’hippocampe afin d’éviter des activités que l’on qualifie d’« aberrantes » et qui peuvent mener à des crises d’épilepsie. Ces deux découvertes ont ainsi particulièrement marqué mon projet de recherche.
3. Est-ce que vos travaux de recherche fondamentale ont ou vont permettre des applications concrètes ?
Les synchronisations neuronales permettent de « fixer » les souvenirs dans les circuits neuronaux de l’hippocampe. Elles peuvent cependant être délétères et engendrer des pathologies épileptiques si elles ne sont pas régulées avec précision. La découverte d’un mécanisme de régulation des rythmes hippocampiques ouvre la voie à de potentiels traitements thérapeutiques impliquant des cibles pharmacologiques astrocytaires.
4. Vos recherches peuvent-elles nourrir d’autres sciences ?
Ici, la question est de savoir si potentiellement des passerelles peuvent être réalisées entre différentes sciences.
5. Et maintenant, quels sont vos projets de post-doctorat ?
Cette thèse m’a permis d’acquérir des qualités fondamentales de chercheur. Ainsi, je vais poursuivre mes activités de recherche dans le cadre d’un post-doctorat au centre de renom Champalimaud Centre for the Unknown, à Lisbonne au Portugal. J’y étudierai les connections entre les aires cérébrales impliquées dans la perception visuelle.
6. Quelques mots sur l’Observatoire B2V des Mémoires ?
Je tiens à remercier chaleureusement l’Observatoire B2V des Mémoires, qui en m’octroyant une bourse de thèse, m’a permis d’effectuer mes recherches dans le prestigieux institut de recherche qu’est le Collège de France. Cela m’a aussi permis de participer à de nombreuses conférences en Europe et aux États-Unis, et ainsi d’échanger avec des neuroscientifiques de renom. Ensemble, nous avons apporté une pierre à l’édifice des connaissances de ce mystérieux organe qu’est le cerveau… Encore un grand merci !

Articles :

E. Dossi, T. Blauwblomme T, J. Moulard, O. Chever, F. Vasile, E. Guinard, M. Le Bert, I. Couillin, J. Pallud, L. Capelle, G. Huberfeld, N. Rouach. 2018. Pannexin1 channels contribute to seizure generation in human epileptic brain tissue and in a mouse model of epilepsy. Science Translational Medicine. 10(443). pii: eaar3796.

G. Ghézali, F. Vasile, N. Curry, M. Fantham, G. Cheung, P. Ezan, M. Cohen-Salmon, C. Kaminski, N. Rouach. 2019 Neuronal activity drives astroglial connexin 30 in perisynaptic processes and shapes its functions. Cerebral Cortex. 2019;00: 1–14.

F. Vasile*, E. Dossi*, J. Moulard, M. Le Bert, I. Couillin, A. Bemelmans, N. Rouach. Astroglial pannexin 1 sets hippocampal neuronal network patterns. In revision in PLoS Biology. *Equal contribution.

J. Sibille*, J. Zapata*, A. Rollenhagen, F. Vasile, G. Ghézali, J. Lubke, N. Rouach. Atypical neuroglial interactions at the hippocampal mossy fiber tripartite synapse. In preparation. * Equal contribution.

Reviews :

E. Dossi*, F. Vasile*, N. Rouach. 2018. Human astrocytes in the diseased brain. Brain Research Bulletin. pii: S0361-9230(17)30082-5. *Equal contribution.

F. Vasile*, E. Dossi*, N. Rouach. 2017. Human astrocytes: structure and functions in the healthy brain. Brain Structure and Function. 222(5):2017-2029. *Equal contribution